×
Qui sommes-nous ? Team Coaching Devenir membre Contact Événements Faire un don

Yoga



Qu'est ce que le Yoga :

Hatha Yoga signification et bienfaits

Le yoga signifie l’union ou l’unité. C’est une science ancienne qui utilise le corps dans le but de faire avancer notre processus d’évolution. «Ha» signifie soleil et «tha» signifie lune. Le hatha yoga combine des postures «chaudes» et «froides» qui permettent d’équilibrer l’esprit, le corps et l’esprit. Il se focalise sur la partie physiologique de l’être. C’est un yoga énergétique. Il faut voir en ces termes les opposés et la complémentarité que symbolisent le soleil et la lune ou le yang et le yin dans le Tao Chinois par exemple.

Le hatha yoga représente la forme de yoga la plus pratiquée en Occident.

« Le hatha yoga donne la priorité au corps physique, qui est le support de l’existence de l’âme et de son activité.

La pureté du mental est impossible sans la pureté du corps dans lequel il fonctionne et par lequel il est affecté.

La philosophie du yoga donne la primauté à la mobilisation du corps et au contrôle du souffle vital. » –Swami Vishnudevananada



Bénéfices du hatha yoga

Le hatha yoga est une activité douce. Les étirements et les torsions impliquant toutefois de maintenir les asanas (postures) durant quelques secondes voire minutes. Le hatha yoga aide notamment à améliorer la circulation sanguine. Il régule la digestion et stimule le système lymphatique.

Le yoga est particulièrement bénéfique pour le foie. Il permet de supprimer les toxines et de stimuler le système d’élimination des déchets et les ganglions lymphatiques.

Le hatha Yoga convient à tous les individus. Une pratique régulière et consciente vous enseignera à être plus à l’écoute de votre corps et de ses besoins.

Si vous avez déjà ressenti un mal de dos, ou une douleur au genou, vous vous êtes probablement rendu compte que l’état du corps physique a un pouvoir incommensurable sur nos émotions et nos états mentaux. Lorsque le corps souffre, il peut perturber toutes les autres aspirations de notre vie. C’est l’une des raisons pour laquelle nous devons en prendre soin.

Beaucoup de conditions de douleur chronique peuvent être guéries avec une pratique de yoga engagée.



Approche holistique et aspect spirituel de notre être

Le corps peut également devenir un outil puissant pour votre croissance spirituelle.
Les exercices de respiration (pranayama) tendent entre autre à se rapprocher de la paix intérieur et à réconcilier le corps avec l’esprit. C’est une préparation idéale à des pratiques spirituelles plus profondes à l’instar de la méditation.

Lorsque dans l’immobilité, assis, allongé ou même debout votre corps et votre esprit ne sont pas à l’aise, cela peut-être le signe d’un sentiment de malaise profond ou d’un mauvais équilibre avec la vie par exemple.

La méditation nous apprend progressivement à nous enraciner profondément dans la terre. Ainsi nous apprenons à rester ancrés et recentrés sur notre être même dans les conditions les plus agitées ou tourmentées.

« A l’image de l’océan qui ne déborde pas malgré les rivières qui se déversent dedans,

L’homme ne doit pas se laisser submerger par ses émotions. » – Shri Mahesh



Qu’est-ce que le Yoga Ashtanga ?

D’où vient l’ashtanga ? Une longue lignée de yogis

La paternité du yoga moderne est souvent attribué à Krishnamacharya, un professeur de yoga indien (1888-1989). Il a eu notamment trois élèves devenus célèbres par la suite :

Pattabhi Jois, le fondateur de l’ashtangaBKS Iyengar, le fondateur du yoga qui porte son nom, iyengar, connu pour son alignement précisson fils Desikachar, qui a développé une approche individualisée du yoga, le viniyoga, dans un but thérapeutique.

Pattabhi Jois a ouvert sa propre école en 1948 à Mysore, en Inde, et au fil des décennies, de nombreux occidentaux sont venus étudier, à ses côtés, ce style de yoga physique très exigeant. Il est aujourd’hui décédé, mais la lignée continue avec son petit-fils et les professeurs qu’il a accrédités au fil des années.

Les particularités de l’ashtangail se compose de 6 sériesde postures. Peu importe son niveau de yoga, quand on vient pour la première fois dans un cours d’ashtanga, on commence par la première série. Les difficultés vont croissantes de série en série, et il faut parfois dédier de longs mois, des années même, avant de pouvoir passer aux séries 3 ou 4. Mais les premières séries sont suffisamment sympa pour y passer du temps. Et puis comme toujours dans le yoga, l’idée n’est pas de savoir faire telle ou telle posture, mais plutôt d’observer le cheminement… Les postures de chaque série sont toujours les mêmes, et comme le disent souvent les profs, « les postures ne changent pas, mais vous, vous changez ».c’est un yoga dynamique, où les postures s’enchaînent les unes après les autres de manière fluide (l’enchaînement en lui-même s’appelle un vinyasa). Chaque série est structurée de la même façon : salutations au soleil, postures debout, postures assises, flexions arrières, savasana.c’est une pratique quotidienne et matinale. L’ashtanga se pratique le plus souvent à travers des séances dites « Mysore », qui ont lieu 6 jours par semaine, très tôt le matin, quand l’esprit n’est pas encore encombré par les préoccupations du quotidien. Pratiquer tous les jours la même séquence, avec sa condition physique du jour – parfois en pleine forme, parfois courbaturé ou fatigué – est une excellente façon d’apprendre à s’observer soi-même.dans le mysore, chaque étudiant avance à son propre rythme. Dans une classe de mysore, tout le monde commence par venir une première fois pour observer. Le cours suivant, le novice commence par l’échauffement, une dizaine de salutations au soleil, puis le prof lui donne les premières postures de la série. On ne peut passer aux postures suivantes que quand le prof estime que le niveau est atteint – il y a toujours des modifications si c’est impossible à réaliser, ou s’il y a un risque de blessure. Au début, un débutant en mysore ne fera que quelques postures, et sa séance sera courte. Ca peut sembler frustrant, ça requiert beaucoup de patience et d’humilité, mais les progrès sont solides et durables.l’ashtanga insiste beaucoup sur la respiration, c’est elle qui va rythmer le mouvement. L’inspiration entraîne le début de tel mouvement, et l’expiration le début d’un autre mouvement (même si on peut rester parfois plusieurs respirations dans une posture donnée). La respiration est sonore, comme une vague, ce qui permet de rester concentré.l’ashtanga insiste également sur le regard, le drichti. Où est-ce que je regarde quand je suis dans telle posture ? Si le regard est foufou et saute dans tous les sens, il y a de fortes chances que l’esprit soit également agité. Un regard posé, sur un endroit donné, permet de calmer l’esprit et de garder son attention.Les styles dérivés de l’ashtangale vinyasa yoga – c’est aussi un yoga dynamique, mais les séquences ne suivent pas de modèle préétabli et sont à chaque fois différentes.le power yoga ou le baptiste yoga – c’est une approche plus « fitness » du yoga, dans des salles souvent chauffées à bloc pour favoriser la transpiration et l’élimination des toxines, avec une insistance sur des postures qui demande de la force. C’est différent du Bikram yoga, lui aussi chauffé, car dans le Bikram, c’est toujours la même séquence, alors qu’elles varient dans le power yoga.